AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 mauvaise graine (silas/romy)
~ ☽ ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PSEUDO : January Blues/Cass.
MESSAGES : 231
AVATAR : Lucy Hale.
CREDITS : @Perséphone bb
AGE : Vingt-sept ans.
OCCUPATION : Actuellement vendeuse dans une boutique d'accessoires magiques qui ravient les touristes, c'est la première fois qu'elle tient un job plus de six mois sans se faire virer à cause de sa maladresse, ou de sa langue trop bien pendue.
AMOUREUSEMENT : Se relève tout juste d'une rupture qui l'a rendue très malheureuse. Aujourd'hui, elle se sent revivre. Heureuse, de nouveau.
RACE : Humaine, terrible victime des nuances du vice.
POINTS : 213
avatar
Romy Goldstein
heaven in hiding

MessageSujet: mauvaise graine (silas/romy)   Mar 8 Aoû - 23:20

Pour les cyborgs défectueux, les elephant man,
Les mecs instables qu'ont des putains d'valeurs mais les défendent mal.

Comment avait-elle pu croire une seule seconde que Silas Gallagher pouvait être quelqu'un de bien ? Comment avait-elle pu y croire ? Infernale question qui tambourinait dans l'esprit de la brune en furie. Romy se dirigeait d'un pas ferme et déterminé vers le Circle Bar, où elle avait travaillé près de huit mois plus tôt. Encore un de ces endroits qui avaient été victimes de sa maladresse et de sa franchise presque enfantine. Après tout, ne disait-on pas que la vérité sortait de la bouche des enfants ? Du haut de ses vingt-sept ans, et même vingt-huit qu'elle allait très prochainement fêter, Romy Goldstein était une grande enfant, refusant de grandir et de se comporter comme une véritable adulte. Et c'était ce qui lui manquait pour qu'une remise en question soit efficace. Elle n'était plus réellement sûre de se souvenir du motif de son licenciement, cette fois-ci. Était-ce la fois où elle avait renversé quatre verres sur le même client, ou bien celle où elle avait "accidentellement" renversé de l'eau bouillante sur le pied de son patron afin de lui montrer ce que ça faisait d'être maltraité ? Il y en avait eu tellement, elle était bien incapable de se souvenir de chaque motif et de chaque départ. Elle n'avait pas remis les pieds dans ce bar depuis qu'elle s'y était fait virer, et cela ne la rendait absolument pas nostalgique. Surtout lorsqu'elle pensait à ce sale type qui y frottait des verres tous les jours ! Il était rare que Romy ressente une telle colère, une telle déception, envers une seule et même personne. Si elle était habituée aux sentiments extrêmes, en proie à une immense sensibilité, elle avait une cycle particulièrement binaire ; la joie précédait la tristesse qui précédait la joie qui précédait la tristesse. Et tristesse n'était pas le mot exact. Disons qu'il lui arrivait d'être nostalgique, rêveuse. Mais la colère était rare chez elle. Presque quelque chose de nouveau. Elle n'aimait pas cette sensation, elle n'aimait pas déferler sa rage sur une personne. Ce n'était pas dans sa nature, la méchanceté, la vulgarité des mots et des gestes, la frustration de l'attitude. Romy était une âme satisfaite et comblée, qui croyait en l'humanité, qui croyait en la bonté de chaque être, même si elle était bien cachée, bien enfouie. Elle savait, elle était même persuadée, qu'elle pouvait en trouver en chacun. Comme une poussière de fée. Romy était la fée. Et alors qu'elle débarquait, le visage crispé d'irritation, les poings serrés, dans le bar presque vide à cette heure d'ouverture, une vérité terrifiante l'accablait ; le monde n'était pas comme elle le pensait, le rêvait, l'imaginait. Il n'était pas parfait. La monstruosité, la barbarie, le mensonge, l'avarie, autant de vices qui torturaient les humains et la blessaient profondément, dans sa quête de bienveillance, si bien qu'elle en avait déjà les larmes aux yeux. Et dire qu'elle avait cru pouvoir aider cette âme qu'elle pensait damnée. Silas n'avait que que la manipuler, comme sûrement bien d'autres avant elle, et elle en était certaine désormais ; il n'y avait plus aucune forme de rédemption possible pour ce connard. Elle n'avait plus envie d'y croire. « Silas ! » S'exclama-t-elle en l'apercevant, à l'autre bout de la pièce principale, enlevant les tabourets posés à l'envers sur les tables pour les déposer au sol. Elle bouillonnait. « Est-ce que tu pensais vraiment pouvoir me prendre pour une conne encore longtemps ?! Je t'ai vu acheter cette télé ce matin, et ne va pas me dire qu'elle ne coute que cinquante euros ! » Elle n'avait pas l'habitude de parler sur un ton assez agressif. Et elle était plutôt assez fière du résultat ; au moins, on voyait qu'elle n'était pas vraiment contente. « Je veux que tu me rendes mon argent. Tout mon argent. Maintenant. » Déclara-t-elle sur un ton plus posé, qui ne cachait pas son agacement cependant.

_________________
Will you still love me when i'm
no longer young and beautiful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PSEUDO : Dieu
MESSAGES : 58
AVATAR : Cam Gigandet
AGE : 24 ans
OCCUPATION : Barman
RACE : Humain
POINTS : 96
https://media.giphy.com/media/ZrmQca1mlGGZi/giphy.gif" border="0" alt="" />
avatar

MessageSujet: Re: mauvaise graine (silas/romy)   Mer 9 Aoû - 21:09

Mauvaise graine
Arnaqué les gens était un passe-temps que Silas chérissait après le fait, bien sûr, de jouer sur son saxophone. Certaines personnes étaient bien trop simples à arnaquer, sa voisine ou bien encore Romy son ancienne collègue. Trop gentille, trop naïve pour ne pas avoir le scrupule d'en profiter. Et c'est ce qu'avait le blond alors qu'il avait fait mine de ne plus s'en sortir financièrement (ce qui était le cas dans un certain sens), sortant son grand jeu d'acteur. Il aurait pu mériter l'oscar de la meilleure comédie avec son effet théâtral percutant de réalisme. Enfin toute bonne chose a une fin, n'est-ce pas ? En tout cas, c'est ce qu'il n'allait pas tarder à savoir dans les prochaines minutes.

Ayant déjà hâte de rentrer pour mater sa toute nouvelle télé dernière cri, il ne pouvait s'empêcher de rêvasser un peu alors qu'il préparait les tables du Circle Bar. Descendant les tabourets, passant un coup de chiffon sur les tables en sifflotant. Se permettant même de mettre du Nirvana à fond dans le bar, profitant du fait que le bar n'était pas encore ouvert pour les clients. Un bon vieux rock, c'était le meilleure des remèdes pour se motiver pour sa nuit de boulot qui allait l'ennuyer ferme comme d'habitude.
Un torchon sur l'épaule qu'il venait d'utiliser pour essuyer, son sifflement s'arrêta brusquement quand il vit une fille en furie rentrer en un claquement de doigt dans le bar et il n'eut à peine le temps de reconnaître son ancienne collègue que déjà il se faisait attaquer de toute part. Penchant la tête sur le côté, l'observant intensément alors que ses paroles était sur le même rythme que les notes de Smells Like Teen Spirits. Il souriait largement en le constatant, totalement amusé de la situation alors que la brune continuait de parler sans retenue. Voilà une part de sa personnalité qu'il aurait voulu connaître avant, c'était très intéressant à ses yeux.
Se rapprochant, comme un prédateur le ferait face à sa proie, il gardait le même sourire insolent sur ses lèvres. La copiant allégrement, il s'exclama à son tour.

- Romy !

Son regard narquois braqué sur elle, il haussa simplement des épaules  alors qu'il fermait la porte derrière elle.

- Tu m'as manqué tu sais ? Enfin tout ce qui t'intéresse c'est que je te rende ton argent...

Tenté de faire une mine de chat potté, son grand jeu d'acteur revenait au galop alors qu'il baissait les yeux comme pour s'excuser avant de sortir la somme demandée de sa poche. Lui saisissant la main d'un geste brusque, il posa les dollars froissés doucement avant de reculer. Heureusement qu'il avait gagné autant la dernière fois qu'il avait joué au poker, ça lui sauvait la mise aujourd'hui.
Il n'eut aucune gêne à la fixer de nouveau, voulant la déstabiliser de son regard perçant et froid avant de reculer d'un pas face à elle.

- T'as fini ? Je trouve qu'il manquait un « connard » à ton discours. Libre à toi de le dire.

Faisant volte-face pour revenir à sa tâche principale, descendre les tabourets des tables en l’occurrence, il ne lui jeta qu'un simple regard, la détaillant de haut en bas en souriant.

- Si tu veux que je te serve un verre, dis le moi ma belle.

Provocateur ? Oui il l'était et ce n'était pas aujourd'hui que ça allait changé. Pour rien au monde il ne regrettait ses actes et le pire par dessus ça, c'est qu'il en était fier.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

~ ☽ ~
mauvaise graine (silas/romy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+
» [Blog] Une petite graine de folie (enfin, un arbuste)
» La plus mauvaise pub pour LBP2
» Un messager de mauvaise augure
» La graine écolo...
» [Blog] Pré-Mauvaise nouvelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
children of the night :: 
new orleans
 :: CBD & Warehouse district :: Circle bar
-