AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 everybody wants to rule the world (avec Silas)
~ ☽ ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PSEUDO : v.
MESSAGES : 20
AVATAR : Angelina Jolie
CREDITS : Schizophrenic (avatar)
AGE : 1059 ans - la quarantaine toujours intacte
OCCUPATION : Co-propriétaire et directrice de l'agence arrow, une société militaire privée fondée par la famille Volkov à la fin des années 1900.
AMOUREUSEMENT : Veuve d'Igor Volkov, sexuellement libérée, émotionnellement en deuil.
RACE : Vampire
POINTS : 14


▬▬
VANQUISHCONQUER
OVERTHROW
▬▬


avatar

MessageSujet: everybody wants to rule the world (avec Silas)   Jeu 17 Aoû - 10:12

Ekaterina scrute les alentours d'un œil critique. La musique et les néons fatigués animent un certain dégoût dans son cœur inerte. Elle n'aime pas s'aventurer aussi loin d'Algiers, surtout pas pour baigner dans la foule et dans cette odeur de cigarettes bas de gamme. Soit. La voila tout de même, assise à une table non loin de la scène. Ses yeux perçants criblent le patriarche Dorokhov. Un territoire neutre, avait-il stipulé. C'est amusant comme le mot neutre diverge d'un individu à un autre. Le Circle Bar n'est-il pas le jouet du fils ? Les babines se retroussent en un sourire félin. Elle n'a jamais apprécié le brassage entre les espèces. Et il y a beaucoup, beaucoup trop d'humains dans les parages. C'est sans doute l'effet escompté : impossible de provoquer une esclandre avec autant de témoins. Il faudrait déployer bien trop de ressources pour effacer les traces d'un carnage. Ça n'en vaut pas la peine : pas pour de simples pourparlers. Entre adultes raisonnables, ils devraient être capables de contenir leurs instincts.

« Je n'ai aucune intention de m'attarder dans le trou que votre charmante progéniture aime à clamer sien. Je vous saurais donc gré d'en venir au fait. »

Ou de la libérer de ce supplice auditif, à défaut de n'avoir rien de mieux à lui offrir. Ekaterina porte une coupe d'un liquide rougeâtre à ses lèvres. Si ses mots pressent, rien d'autre n'indique la hâte. Ses gestes transpirent même d'une élégance et d'un raffinement certains.
Ce n'est pas le cas de son infante, postée debout derrière elle, dont Ekaterina peut glaner toute la frustration et l'impatience. A ce titre, elle comprend que les négociations n'arriveront nulle part, si leurs gardes continuent à se regarder en chiens de faïence. Elle comprend aussi que c'est à elle de faire le premier pas. D'un index, elle ordonne à sa progéniture d'approcher.

C'est à ce moment là qu'elle remarque la paire d'yeux qui la fixe du bar. Tiens. C'est donc ici que cet insecte travaille, quand il ne fait pas des heures au noir chez des particuliers. Chez elle. Sans quitter Silas du regard, elle susurre à l'oreille de son infante et passe le revers de sa main contre la joue. Elle s'assure qu'il n'en manque pas une miette. Ce n'est pas qu'il l'intéresse, c'est plutôt qu'elle prend un malin plaisir à le tourner au ridicule, lui et sa drôle de fascination. Oui, c'est ça. L'affection ouverte qu'elle dispense à l'égard de sa fille dit à l'humain quelque chose comme ça ne sera jamais toi.

« Va donc faire un tour, mon amour. Pas de bêtises, d'accord ? On ne voudrait pas que Sire Dorokhov pense qu'on tente de porter atteinte à la réputation de son fils. »

Ekaterina embrasse le bord de la mâchoire et sa sentinelle s'éclipse. Lorsque le patriarche Dorokhov fait également disparaître ses sbires d'un claquement de doigts, le contact visuel avec Silas se rompt, et elle retourne à étudier son interlocuteur.

« Bien. Où en étions-nous ? »

❖ ❖ ❖

Voila dix bonnes minutes qu'on vient de quitter la table pour la laisser seule. Un sourire cannibale borde les lèvres. Le liquide carmin tournoie savamment dans le verre à pied, alors que son regard balaye froidement la pièce. Elle boirait bien du sang frais pour fêter l'engagement des négociations. Il y a la fille, là-bas, les cheveux d'or et la robe à sequins qui lui rappelle les années vingt, ou le garçon, de l'autre côté, qui a pété l'arcade sourcilière de son camarade deux minutes plus tôt. Sauvage, c'est comme ça qu'elle les aime.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PSEUDO : Dieu
MESSAGES : 58
AVATAR : Cam Gigandet
AGE : 24 ans
OCCUPATION : Barman
RACE : Humain
POINTS : 96
https://media.giphy.com/media/ZrmQca1mlGGZi/giphy.gif" border="0" alt="" />
avatar

MessageSujet: Re: everybody wants to rule the world (avec Silas)   Ven 18 Aoû - 2:59

Everybody wants to rule the world
Les journées se ressemblaient toutes et pourtant, inlassablement, elles défilaient les unes après les autres. C'est comme ça. La banalité de cette phrase suffisait à Silas pour qu'il accepte son quotidien. Entre le bar et chez lui, il s'ennuyait, blasé de sa propre vie. Il aurait pu ne jamais fuguer de chez ses parents, profiter de l'argent qu'il avait à portée de main mais il était parti sur un simple coup de tête. Refusant l'avenir que lui avait tracé sa génitrice. Certains pourraient dire que c'était courageux et d'autre que c'était complètement stupide. Néanmoins, le blond s'en fichait, il n'y a que lui qui lui importait.
Accoudé sur le comptoir de son lieu de travail, sans un seul sourire sur son visage, il servait les différents clients, encaissait l'argent et attendait. Un cycle sans fin jusqu'à 3 heures du matin. Que le temps passait lentement dans ce bar ou alors c'était plutôt sa vie qui s'écoulait lentement. Il ne savait même plus faire la différence.
Pourtant ces derniers jours, il n'avait cesse d'être tourmenté par l'image d'une femme qui lui revenait sans cesse à l'esprit. Il regardait la télé et il la voyait. Il marchait dans la rue et il la voyait. Il rentrait chez lui et il la voyait. Silas savait qui elle était mais ne comprenait pourquoi il était autant fasciné par elle. Et ça ne lui plaisait pas du tout. Lui qui se croyait solitaire et jemenfoutiste, voilà qu'il se retrouvait à être tourmenté par une femme. Certes, les charmes féminins étaient sa plus grande faiblesse mais de là à faire une fixette presque obsessionnelle, c'était impossible.
Au final, la seule chose positive dans son travail était qu'il avait l'esprit assez occupé pour ne plus penser à autre chose. Enfin c'était ce qu'il croyait jusqu'à ce qu'il la voit rentrer. Il sentait même depuis le bar sa présence, elle dégageait une telle aura indescriptible qu'il ne put que la suivre du regard alors qu'elle prenait place à une table nonchalamment.

Soupirant, Silas fit mine d'essuyer le bar avec son torchon s'empêchant avec force volonté de ne pas lever son regard vers elle. Ca lui ferait bien trop plaisir qu'il lui accorde ça. C'est même lui qui lui sert son ballon de grand cru mais heureusement qu'il n'est pas serveur, il éviterait ainsi de se brûler les ailes trop près du soleil. Le blond était agacé par son propre comportement faiblard, elle l'énervait de tout son être, il espérait même qu'elle ne le remarque pas tout autant qu'il espérait croiser son regard et l'approcher. Etrange paradoxe auquel il était confronté. Il cru même un instant perdre les pédales et pour faire passer cette boule de stress inconscient dans sa gorge, il crut bon de se servir un whisky sec pour le boire d'une traite.
Il maudit même les clients de ne plus commander, maintenant qu'il n'avait plus rien à faire, il ne put empêcher son regard bleuté se focaliser sur la belle brune. Elle l'attirait inexorablement et pas une seule fois, il avait peur de se perdre même s'il ne pouvait se ressaisir en cet instant.
Et quand enfin elle daigna remarquer sa présence, il se surprit à avoir le culot de continuer à la fixer sans aucune gêne. Voilà son caractère qui ressortait, n'ayant pas peur de provoquer son regard alors qu'elle jouait au même jeu que lui, comme un défi. Silas ne loupa pas un seul de ses gestes, lui répondant par un léger sourire en coin narquois, faisant mine que ça ne l'atteignait pas alors qu'il s'imaginait à la place de cette fille qui pouvait être à ses côtés.

Enfin, ça ne pouvait durer éternellement et après cette légère contemplation, des clients arrivaient déjà au bar pour quémander un verre. Son attention détournée, il se remit vite au travail, enchaînant les services de verres à une rapidité affligeante, un instinct professionnel reprenant le dessus sur lui. Il avait besoin avant tout de ce travail alors il ne pouvait se permettre d'être incompétent, il mettait même un point d'honneur à offrir un service de qualité.
Jusqu'à ce qu'une bagarre éclate un peu plus loin entre deux hommes trop éméchés pour se contenir. Soupirant d'agacement, il sortit de derrière le bar pour venir voir les dégâts causés. Un peu de sang qui ne l'effrayait en aucun cas, il saisit d'un geste brusque au collet celui qui s'en sortait le mieux pour le jeter de la plus belle des façons sur le trottoir comme s'il ne pesait rien avant de revenir vers le grand blessé qui se lamentait sur sa pauvre condition. Sans aucun scrupule, il le saisit à la nuque pour le pousser dehors. Intimant aux deux de continuer leur conversation à l'extérieur. Tant que ce n'était pas à l'intérieur, il n'était en aucun cas responsable alors peu lui importait de ce qui pourrait advenir de ces deux hommes.
Inconsciemment, Silas lança un regard vers la table occupée par sa vision de ces derniers jours, découvrant à son plus grand étonnement qu'elle était seule. Après tout, il n'avait rien à perdre. Mis à part sa fierté mais il préféra l'occulter de ses pensées pour le moment. Servant agilement un nouveau ballon de vin rouge, il s'approcha d'elle, la démarche sûre et assurée comme si rien ne pouvait l'atteindre avant de poser délicatement le verre devant la belle brune. Mais alors qu'il allait parler, il se sentit totalement ridicule et ne toussota que légèrement avant de s'asseoir à ses côtés sans se gêner d'une permission quelconque.

- A la première coupe, la femme boit le vin. A la deuxième coupe, le vin boit le vin. A la troisième coupe, le vin boit la femme.

Souriant légèrement, il ne pouvait que remercier sa mère pour ce proverbe qu'elle n'avait eu cesse de répéter à chaque fois qu'elle buvait un verre. Au moins, lui aura-t-elle enseigner quelque chose qui aura pu se montrer utile en cette situation. Plongeant son regard dans celui de son interlocutrice comme s'il cherchait à percer ses secrets les plus sombres, la scrutant sans aucune pudeur. Aucune gêne ne transparaissait sur son visage, aucune honte à venir l'importuner sans qu'elle n'ait rien demandé. Aussi impressionnante qu'elle était, ce n'est pas pour autant qu'il pourrait changer sa nature.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

~ ☽ ~
everybody wants to rule the world (avec Silas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+
» [Small World] Extension
» We are the people to rule the world - Hayes Valley Tatoo Shop
» [CONV] Harmonisation des règles Forge World avec les Derniers codex sortis
» Forge World avec -25% du prix
» Les Staters 2G avec leurs talents Dream World [ROSA]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
children of the night :: 
new orleans
 :: CBD & Warehouse district :: Circle bar
-