AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 blood bond (CHLOE)
~ ☽ ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PSEUDO : little lie.
MESSAGES : 52
AVATAR : joseph gordon levitt.
CREDITS : @balaclava.
AGE : il semble frôler la trentaine passée, quand son véritable âge se fait pluriséculaire.
OCCUPATION : garde de nuit dans un musée.
AMOUREUSEMENT : célibataire, ses âmes soeurs n'ont jamais traversé les âges avec lui, et leur mort l'ont brisé.
RACE : vampire.
POINTS : 46


Fiche d'identité
Carnet de bord
avatar

MessageSujet: blood bond (CHLOE)   Mer 9 Aoû - 17:55

Hey sister
Know the water's sweet but blood is thicker
Oh, if the sky comes falling down, for you
There's nothing in this world I wouldn't do
sweet bloody family
☆ Chloé & Caesius ☆
 


J'étais immobile, tétanisé par la peur. Par la crainte quasi sacrée. Je ne sentais pas sa présence ici, mais depuis dix sept ans, quasiment deux décennies, ses effluves avaient eu le temps de s'estomper. Hélas. J'aurai aimé renifler encore une fois son parfum, comme si elle continuait à parcourir le monde. Je gardai quelques babioles, symboles de son amour, parfois volé dans mon obsession d'avoir à chaque seconde quelque chose d'elle près de moi. Je les cherissais comme mes propres prunelles, et même d'avantage. Qu'est-ce que la vue face à l'amour d'une créatrice, d'une mère, éternelle et pourtant mortelle ?

Les étoiles, ici, semblent trop lointaines pour scintiller convenablement. Comme si les ténèbres souhaitaient faire oublier le soleil. L'aste solaire me manquait terriblement - euphémisme. L'astre solaire me devenait souvenir périssable, couvert de moisissure dans une caboche qui rêvait de chaleur. La nuit était un véritable exil, comme si la dimension des créatures surnaturelles était parallèle et si lointaine des hommes. Je marchais régulièrement parmi eux, avec la sensation d'être transparent, fantôme au sang froid, au corps se mouvant par quelque magie vaudou. Le bayou formait une gange de boue, où alligators et sangsues festoyaient des perdus. Hélas pour eux, je n'étais guère plus qu'un prédateur ajouté à la faune locale. Je ne me sentais nullement en danger, mais face à la maisonnée qu'avait du habiter Léona, avec Chloé, ma soeur inconnue que m'avait tant vanté ma créatrice, sous ses mots d'encre, j'avais l'angoisse au cœur. Une inexorable nervosité agitait mes doigts qui pianotaient dans l'air ; je ne voulais qu'une sœur, mais qui allais-je découvrir ? L'idée de rencontrer une vampire telle que ces monstres assoiffés de sang que j'avais déjà croisé me faisait peur. Pourrais-je aller à l'encontre des vœux de Léona ?

Les arbres dégoulinaient d'humidité, des insectes vrombissaient à travers les herbes et les mousses smaragdines, aux reflets irisés dans le peu de lumière diffusée. Je m'approchais du bâtiment, en avalant ma salive - ou le reste de sang qui tapissait ma bouche ; j'avais eu le bon ton de manger avant de venir. Je ne souhaitais pas m'inviter à manger. Je savais de Chloé qu'elle se méfiait des hommes et qu'elle avait mille raisons de le faire, qu'elle était un joli brin de fille brune, et d'un fort caractère qui plaisait à notre mère. Je ne la jugeait nullement sur leurs amours : qui aurais-je été, moi qui avais aimé tout mon saoul, qui avait eu le cœur brisé en morceaux coupants assez de fois pour craindre d'aimer encore ?

Je craignais sérieusement d'être déçu, mais ce n'était que quantité négligeable face à l'excitation totale qui paralysait mon cerveau. Léona avait prié - sûrement à mes autres frères et soeurs également - de revenir en Louisiane, de former une grande famille. J'avais appris sa mort par hasard, et j'en avais été extrêmement malheureux ; j'avais cependant fait mon deuil mais je tenais à respecter son souhait. Peut-être espérait-elle que nous puissions former un clan, à la manière d'autres puissantes familles ? Ce n'était pas dans mon intention, mais prendre contact avec les autres créations de Léona ravivait en moi le désir d'avoir un héritage. Jouissance éphémère et humaine, concupiscence de l'âme, que de désirer engendrer et faire valoir son sang, son nom à travers les époques et le temps.

Je n'avais pas besoin de toquer. Je n'avais pas besoin d'approcher. Immobile dans les brumes du bayou, je raclais ma gorge. Si il y avait quelqu'un, Chloé ou autrui, on m'entendrait, pour peu que ce soit un vampire. Je pris une voix douce, quoique rendue rauque par l'excitation enfantine qui me gagnait, de seconde en seconde plus forte.

« Notre créatrice nous a prié de venir. J'ai exaucé son souhait. Soeur, je suis là. Caesius. Et je dois confesser que je suis à la fois nerveux et ravi à l'idée de te rencontrer » fis-je avec un sourire par-devers moi, mes yeux fixés sur la bâtisse. Allait-elle venir, se jeter dans mes bras, partager mon bonheur d'avoir trouvé quelqu'un en qui l'écho de la tristesse à la mort de Léona existe ? « Je ne sais si nos autres frères et soeurs sont là, si ils t'ont trouvés, si ils sont présents en Louisiane. Néanmoins, j'espère que notre longue distance n'aura aucun impact sur notre relation à venir. Nous partageons Léona, nous avons reçu son amour - puissions-nous à présent former la famille qu'elle désirait. » Je secouai la tête doucement. Peut-être un peu trop théâtral, mais j'avais toujours été ainsi, très grandiloquent, surtout quand j'étais nerveux. Mon esprit avait chassé mes préoccupations habituelles et triviales : comment faire avec Romy, cette descendante que j'avais retrouvée ; comment approcher cette banshee qui vivait à présent avec moi : Skyla semblait se méfier de moi, et je désirai m'en faire une amie, peut-être pourrais-je l'amener à Serafina ? Les deux banshees ensemble pourraient discuter, et je pourrais me montrer comme véritable allié à Skyla. Pourtant, ces pensées passaient au second plan en imaginant ma soeur - tardait-elle volontairement ? Je me surpris à regarder autour de moi ; avais-je eu tord ? N'était-ce pas là ? Je fronçais les sourcils, vaguement énervé. Mes indications, mes recherches m'avaient-elles poussées à un endroit qui se révèle erroné ?

J'hésitais, quand j'entendis enfin un bruit. L'oreille tendue, je songeais que j'aurai peut-être dû venir avec un présent. Trop tard pour regretter. Immobile, l'air impérieux, grave et nerveux, j'attendis - ou j’espérais - que Chloé vienne à moi. J'aurai prié tous les dieux du monde pour qu'elle soit bien disposée à mon égard, mais je n'avais jamais été croyant ; je me contentai donc d'espérer en silence.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PSEUDO : quizás.
MESSAGES : 21
AVATAR : alicia vikander.
CREDITS : shiya.
AGE : 158 ans (transformée à l'âge de vingt-cinq ans).
OCCUPATION : brancardière psy à l'hôpital de Tulane.
AMOUREUSEMENT : captive du souvenir de son Sire, Leona.
RACE : vampire.
POINTS : 22


avatar

MessageSujet: Re: blood bond (CHLOE)   Jeu 10 Aoû - 23:31

La présence l’affecte. Elle n’est pas aussi pénétrante que l’était celle de Leona et, néanmoins, Chloe est saisie par la familiarité. L’écho est spécifique ; il a son propre ton, une couleur et une forme. Le frisson qui balaie l’échine n’a rien de physique. C’est une sorte d’instinct, une part d’elle-même qui répondrait mécaniquement à cet être, là, dehors. Caesius. Une bouffée de haine gonfle le coeur exsangue. De toutes les visites qu’on sache lui faire, elle préfèrerait quelque rôdeur. Les mortels sont distrayants en certains occasions. Ils gémissent, se ratatinent, ils supplient. Ceux qui se perdent dans le bayou ne sont recherchés par personne. Ils ont, plus que tout, le bon goût de mourir et non de se planter au milieu de son domaine, celui de Leona. Cet hectare est un sanctuaire duquel elle défend l’entrée à quiconque et voilà que, depuis l’outre-monde, c’est Leona elle-même qui convie l’étranger, l’ennemi, le frère. Par les Chvedov, si Chloe n’avait tant aimé cette femme, comme elle la haïrait sur l’heure… !

Elle déteste déjà son phrasé, et son allure avec. Il est timoré. Précieux.
Elle le déteste sans le connaître. Elle le déteste de seulement exister.

Sa créatrice ne l’a jamais tenue dans l’ignorance : elle en a transformé d’autres que Chloe ; elle en a aimé d’autres que Chloe. Celle-ci avait d’ailleurs acquis la douloureuse certitude que le lien subtil, et singulier, qui unit un Sire à son Infant se détériore avec le temps. Un siècle révolu, l’aîné opère le détachement nécessaire à libérer le second. Chloe, elle, n’en voulait rien. Sa liberté était pour le mieux lorsqu’elle tenait, toute entière, dans la paume de Leona. Elle était alors persuadée que ce serait différent. Elle ferait mieux que les précédents, grevée à l’incarnat semblable au sien, loyale comme ne le sont que les chiens.

Chloe ne veut pas d’un frère. Elle veut sa mère, son épouse, son amante.

À deux mains, elle pousse brutalement sur le torse de Caesius, qui s’écrase dans la terre humide. Elle demeure là où elle est apparue, droite, froide et pleine de morgue. Elle n’ignore pas qu’il est plus âgé qu’elle ne l’est (à ce sujet, Leona est demeurée évasive, à moins que ce ne soit Chloe qui, ne montrant aucun intérêt pour la question, l’ait convaincue de lui épargner ces détails) et, cependant, elle n’est pas le moins du monde impressionnée. Du reste, ce n’est rien, qu’une gentille bousculade très fraternelle. Elle espère sans doute donner le ton et, surtout, jauger de ce qui se cache sous le derme translucide. « Ne prononce pas son nom, lâche-t-elle, la langue claquée sur le palais. » Il n’en est pas digne. Il n’était pas là. Il n’a pas le droit de venir, de se tenir là où elle se tenait, de remuer la souffrance increvable qui lui fouille dans le crâne et dans l’âme. Il n’a pas le droit de prétendre qu’ils seraient une famille. Ce qui la révulse le plus vigoureusement, c’est encore qu’il ait raison : ils ont partagé Leona. Et, où que se trouvent leurs frères et leurs sœurs, ils l’ont partagée, eux aussi. Crocs sortis et luisants pauvrement à la lumière du soir, Chloe le refuse ; on ne peut la priver et de l’objet de son amour et du souvenir qu’elle en gardait. « Je te suggère de retourner d’où tu viens, ô mon frère. » Elle lorgne après sa stature, sa figure, ses expressions. Elle n’a aucune envie de le connaître mais elle le reconnaît indéniablement. Non qu’ils se soient déjà vus, non que Leona en ait brossé un portrait… C’est ce sang, ce maudit sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PSEUDO : little lie.
MESSAGES : 52
AVATAR : joseph gordon levitt.
CREDITS : @balaclava.
AGE : il semble frôler la trentaine passée, quand son véritable âge se fait pluriséculaire.
OCCUPATION : garde de nuit dans un musée.
AMOUREUSEMENT : célibataire, ses âmes soeurs n'ont jamais traversé les âges avec lui, et leur mort l'ont brisé.
RACE : vampire.
POINTS : 46


Fiche d'identité
Carnet de bord
avatar

MessageSujet: Re: blood bond (CHLOE)   Ven 11 Aoû - 11:35

Hey sister
Know the water's sweet but blood is thicker
Oh, if the sky comes falling down, for you
There's nothing in this world I wouldn't do
sweet bloody family
☆ Chloé & Caesius ☆
 


Le bruit, dans la nuit, s'approche, comme un fauve en chasse. J'espérais une étreinte effrénée, soulagée, comme si elle pouvait être heureuse de ne plus être seule. Je priais pour des bras écartés, prêt à un câlin. C'est plutôt paumes en avant que Chloé déboula. Je n'aurai pas eu le temps d'esquiver, je pense ; le heurt à ma poitrine se répercuta dans tout mon corps alors que je tombai de tout mon long, dans la boue, avec un bruit spongieux écoeurant. Je clignais stupidement des yeux, puis les levai vers elle, tentant de réfréner ma colère. Tous les frères et soeurs ont leurs moments de dispute. Elle ne pouvait cracher ainsi sur les derniers voeux de Léona, non ? Elle qui, semble t-il, l'avait aimé de toutes les façons au monde, intensément. Je me redresse finalement, lentement, pour la jauger. Elle est aussi jolie que l'avait dit Léona, mais des plis furieux barrent son visage, démolissant la beauté de ses traits pour la rendre froide de colère.

« Retourner d'où je viens, et ignorer les mots de ma créatrice ? Non, même toi tu ne désires pas cela » je prononce d'une voix forte, ferme. Elle est plus jeune que moi, mais apparemment bien décidée à n'en faire qu'à sa tête. J'ai envie de soupirer, de hurler après Léona : qui m'as-tu donc laissé, sur les bras, Mère ? Savais-tu ce que tu faisais, ou l'as-tu fait par égoïsme, par désir soudain, irréfléchi ? Chloé se révèle fauve, brutale. Mais je ne peux déjà abandonner comme cela.

« Apprenons à nous connaître. Léona m'a dit mille biens sur toi, par lettres, autrefois. Je suis certain que je pourrais découvrir cette personne qu'elle m'a dépeinte, si tu me laisses une chance. » Je tente, par tous les moyens de l’adoucir. Je ne veux pas avoir affaire à une vampire affamée de violence, à l'âme brusque et animale. Je n'apprécie guère ce genre de longs-crocs. Je voudrais parler de Léona, mais je suis son ordre - je ne parle plus d'elle. Je sens la colère, la haine, la tristesse qui découle de cet ordre. Léona lui manque. Cruellement. Comme un coeur arraché. « Tu es seule, ici ? Depuis longtemps ? Le bayou ne doit guère avoir de divertissements appréciables, pourtant » et ma tentative d'humour me fait grimacer. Chloé n'a nullement l'air de la vampire à rire à gorge déployée. Elle, c'est plutôt les crocs qui se déploient ; je les vois, dans la lumière de la lune. « Je ne te veux aucun mal, Chloé. »

Une promesse. Comment pourrais-je désirer lui nuire, à cette femme que j'ai longtemps cherché ? Je voudrais qu'elle puisse voir mon soulagement à l'avoir trouvé. J'ai envie de l'étreindre, de lui dire que je partage sa souffrance ; pourtant je reste immobile à l'observer. Mon torse me fait encore mal, mais la douleur s'estompe, doucement. Comme mes chances de devenir un frère pour elle, je suppose - à moins que cette possibilité n'ait jamais existé, dans ce coeur de femme haïssant les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PSEUDO : quizás.
MESSAGES : 21
AVATAR : alicia vikander.
CREDITS : shiya.
AGE : 158 ans (transformée à l'âge de vingt-cinq ans).
OCCUPATION : brancardière psy à l'hôpital de Tulane.
AMOUREUSEMENT : captive du souvenir de son Sire, Leona.
RACE : vampire.
POINTS : 22


avatar

MessageSujet: Re: blood bond (CHLOE)   Ven 11 Aoû - 14:02

Dans les interstices de lumière que font les étoiles à la nuit, elle croit déceler un tressaillement de colère. C’est plus probablement, croit-elle, la marque d’un certain orgueil, qu’elle vient de chahuter à dix doigts. Chloe n’envisage pas un seul instant que Caesius puisse être déçu, ou blessé, de l’accueil qu’il reçoit. Il devait être instruit de l’hospitalité de sa jeune sœur, n’est-ce pas ? À tout le moins, Leona ne lui aurait jamais épargné son tempérament tranché, et son âme fruste. Or, et depuis qu’elle est clébard sans collier, ses manières ne se sont guère arrangées. Elles empirent, elles s’aiguisent, qu’on croirait qu’elle est née pour sabrer, écharper, déchiqueter. Ce n’était certes pas le dessein, et la vision, de Leona, la nuit où elle a transformé cette jeune femme difficile mais fragile. Comme sa créatrice se sentirait trahie… Chloe en sent poindre la conviction.

« Ne me dis pas ce que je désire, le prévient-elle. » Il s’est redressé. Il la regarde. Il la regarde à travers elle, semble-t-il à Chloe. Pense-t-il à Leona ? Est-il à lui chercher ce que leur mère avait trouvé ? La colère invincible, elle est campée sur la certitude absolue que Caesius ne la connaît pas et que le monde se portait mieux lorsqu’ils étaient, tous deux, tenus à l’écart l’un de l’autre. Si la Nature avait voulu que les vampires vécussent en meute, Elle les eut fait vivre ainsi.

Elle se figure une riposte. Elle n’hésiterait pas à se battre. Mais il parle, Caesius, il parle bien mieux qu’elle ne sait le faire. Dans le bayou, Chloe n’a pas tant l’occasion de converser. Les vampires y sont rares. Les banshees et les humains ne la concernent guère. De toute façon, elle n’a jamais beaucoup parlé. Ses pensées lui sont réservées. Même à Leona, elle se livrait assez peu. Il faut dire que, de sa vie mortelle, elle a gardé la spécieuse évidence qu’elle n’est ni ne fait rien d’intéressant.

En cela encore, l’amour de sa créatrice lui était précieux.

« Je ne te veux aucun mal non plus, fait-elle, du miel dans la plus petite inflexion de son timbre. Du moment que tu t’en vas. » En dépits de la sincérité confondante de Caesius, Chloe s’obstine à le menacer. Sa seule présence l’insulte. Son existence l’injurie. « Tu as raison : ce n’est pas ta faute. » Le ton, qui va pour se radoucir, sonne si faux qu’on peut presque palper la dissemblance du bout des doigts. « Elle te l’a commandé et tu as obéi. » De front, elle se demande combien d’autres vont venir. Seront-ils une légion ? Quelques centaines ? Elle voit déjà une poignée d’entre eux emprunter le sillage de Caesius et marteler la terre imbibée de Louisiane pour venir jusqu’à elle. En ce sens, elle peut, à tous, envoyer un message. Si le premier de ses frères à lui être revenu repartait sans sa tête… « Je ne vais donc pas te tuer ce soir. » Elle sourit, carnassière, encore qu’il n’y ait pas l’ombre d’une récréation là-dedans. Elle est prête pour de telles extrémités. Elle y est même disposée. Tout l’apprête à la guerre, comme si le moindre écueil pouvait s’ouvrir et se muer en exutoire. « Mais si tu reviens, sur sa mémoire, je le jure, je te saignerais. »

L’intonation est saine, très calme. Elle explique. Elle augure. Elle prévient. Sa rage prend toujours le chemin de lui péter le crâne mais elle parvient à lui faire faire quelques virages. Chloe se retarde. Pour Leona, c’est vrai. Aussi parce qu’elle n’est, Caesius a raison, que mélancolie et myocarde sanguinolent depuis dix-sept ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PSEUDO : little lie.
MESSAGES : 52
AVATAR : joseph gordon levitt.
CREDITS : @balaclava.
AGE : il semble frôler la trentaine passée, quand son véritable âge se fait pluriséculaire.
OCCUPATION : garde de nuit dans un musée.
AMOUREUSEMENT : célibataire, ses âmes soeurs n'ont jamais traversé les âges avec lui, et leur mort l'ont brisé.
RACE : vampire.
POINTS : 46


Fiche d'identité
Carnet de bord
avatar

MessageSujet: Re: blood bond (CHLOE)   Ven 11 Aoû - 14:29

Hey sister
Know the water's sweet but blood is thicker
Oh, if the sky comes falling down, for you
There's nothing in this world I wouldn't do
sweet bloody family
☆ Chloé & Caesius ☆
 

Désappointement, dévastation de l'âme, abîme de désillusion. Le regard qui se voile, une flamme qu'on mouche. Etincelle éteinte, d'un brasier jusque là couvé. On étouffe mes espoirs, on étrangle ce qui restait d'illusions dans ma caboche pleine de naïveté. Je grognerai bien d'exaspération, mais je me contente de m'immobiliser, comme une biche dans les phares d'une voiture. Elle est si consciente de ce qu'elle est, si fière, arrogante, le menton levé comme un doigt dans ma face. Je note de ne plus lui dire ce qu'elle désire - toutes les soeurs sont-elles ainsi, pétries de mauvaiseté, de vanité mal placée ?

Le ton mielleux offre un frisson. Décalage, le meurtre aux babines. Elle est tout sauf douce, cette créature-là. Ma méfiance s’accroît, tuant à petits feux l'amour fraternel que je lui avais réservé. Je serre les poings, sans désirer un instant m'en servir. Mais si elle m'y oblige, je ne me laisserai nullement menacer. Mon propre orgueil tapissé de la lenteur de la diplomatie. Je dois cela à Léona, pour elle, pour moi. Pour Chloé, peut-être. Je pense savoir ce qu'elle a en tête : rester seule, à jamais, de ses frères et soeurs. Pour quelle raison ? Peut-être car je suis le fantôme de ce que Léona a été avant elle. Une douleur sur pattes. Un coup de sang.

Je plante mes yeux sur elle. Je cherche son regard, heurte le sien de tout mon être, dans le silence de la nuit. Je réfléchis, à toute berzingue. Pas de menace. Pas comme elle. « Je ne foulerai pas sa mémoire pour ta vanité. » Soeur, vraiment ? Vipère faite femme, à la carnation aussi froide que son coeur. Ma déception n'a pas de fond. Mais je ne la laisserai pas devenir un monstre - je ne ferai pas d'elle la dernière création ratée d'une femme que j'aimais. « Nous partageons plus que tu ne veux l'admettre. Je suis sur ton territoire, et c'est pour cela que je te passe cette explication quelque peu brutale. Tu me saignera pas. Tu vas m'écouter. » Le ton est autoritaire. Coupant comme un couteau.

Rapide, j'ai saisi son épaule. Sans douleur. Pas encore. J'ai préparé tous mes sens à l'affrontement. Elle est une bête - elle ne connait que ce genre de discussions brutales. Avec les hommes ? Les autres vampires ? Peut-être suis-je le mauvais interlocuteur.

« Je ne suis pas ici pour te prendre ta maison. Je sens qu'ici, vous avez vécu, et je ne tiens pas à y répandre ma présence. Mais je suis ton frère, comme tu es ma soeur, comme Léona était notre mère. Je ne sais pourquoi tu tiens tant à rester ici, seule, te coupant de ceux de ta race - à moins que ce ne soit simplement des autres infants de Léona ? Suis-je un rappel constant dans ta douleur ? Ne peux-tu simplement te dire que nous pourrions partager cette tristesse ? Tu n'as pas été la seule à la connaître, ni même à l'aimer. » Stupide femme. Egoïste créature de la nuit.

Bien sûr qu'elle va me frapper. Qu'elle voudra me répandre en charpie, dans la boue du bayou. Elle n'est que colère, que haine. Et je songe que ce n'est peut-être pas uniquement à cause de ma condition de mâle. Pourtant, j'insiste, je veux, j'aurai. Quitte à démontrer enfin mon siècle d'aîné. Je n'aime pas l'idée de me montrer violent. Mais elle ne sera pas une adolescente gâtée, orgueilleuse et éternelle. C'est pour son bien que je dois lui montrer - patriarcat incrusté dans les veines. Je sais ce qui est bien pour elle. Je ne vois que l'insolence, la brutalité de défense. L’agression aux prunelles.

J'aimerai avoir, avec moi, notre fratrie. Hélas, loin ou proche, ils n'en sont pas moins absents de cette nuit marécageuse. La saleté qui empèse le dos de veston semble ronger jusqu'à l'intérieur de ma carcasse froide. Mes yeux, ma voix, mon timbre se font hypnose, comme du vin coulant dans la nuit. J'essaye, de toutes mes forces, de calmer les ardeurs meurtrières de Chloé.

« Calme-toi. Calme-toi. Pourquoi me haïr, sans me connaître ? Chercher à me nuire ainsi, sans savoir à qui tu fais du mal, voilà qui n'est guère dans l'enseignement de notre Mère. »

Je touche là où ça pique, pour faire mal, un pansement qu'on arrache, ou une dent qu'on déloge de sa mâchoire. Mes yeux ne la quittent pas. Je me suis éloigné d'elle, les mains devant moi, paumes vers elle, dans le geste le plus vieux du monde de tentative de paix. Mais, inconsciemment, je connais le sang, celui qui ne va pas tarder à pleuvoir dans la crasse de Louisiane. Je sais que Chloé est un fauve, une féline, qui ne cessera pas de me mordre, avant d'avoir eu raison de moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: blood bond (CHLOE)   

Revenir en haut Aller en bas
 

~ ☽ ~
blood bond (CHLOE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+
» blood bowl
» POLSKA BLOOD BOWL TEAM
» A vendre équipes Blood Bowl
» BLOOD BOWL - League 2 - Saison 3 - WARRIORS
» Blood Bowl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
children of the night :: 
new orleans
 :: Bayou
-