AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [-18, hot] white desire (beau)
~ ☽ ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PSEUDO : narcotique
MESSAGES : 14
AVATAR : finn jones
CREDITS : BALACLAVA (ava)
AGE : le millénaire surpassé et pourtant à peine trente années marqué sur son visage
POINTS : 12
avatar

MessageSujet: [-18, hot] white desire (beau)   Ven 11 Aoû - 20:06

La bête rugit. Son cri résonne au plus profond de son crâne. La faim le tiraille, depuis trop longtemps déjà, cet appétit insatiable qu'il maudit du tréfonds de son être, il ne cesse de lutter contre, il s'acharne à la contenir tandis qu'il flirt avec le vide. Funambule sur le fil de soie entre l'humanité et la monstruosité, on pourrait croire qu'il se joue du risque, qu'il défie sans cesse la bête affamée, qu'il se rit de son impuissance alors que c'est lui qui est faible face à elle. Car il le sait, elle finira tôt ou tard par le dévorer, par l'emporté une nouvelle fois dans une folie meurtrière terrible. Il le sait, il est incapable de se passer de ce breuvage vital, souffle de vie. Liquide écarlate qui hante chacune de ses hantises, vice absolu auquel il se refuse de céder, si facilement en tout cas. Alors il reste statique, figé au milieu de cette pièce obscur, hors de portée des rayons brûlant de l'astre solaire qui s'éteint à l'horizon. Tremblant légèrement, le regard vide, l'esprit occupé à livrer une bataille acharné contre la bête, essayer de la contenir, une nuit de plus. Rien qu'une seule nuit, offrir un sursit à cette ville déjà bien entacher par le sang d'innocent, déjà trop de fois victime de la folie des immortels.

Tandis que l'astre de la nuit se lève sur une voûte céleste sans la moindre impureté. Lentement, il avance vers sa fenêtre, lentement, il laisse la lueur de la ville éclairé cette maigre pièce. Son regard se perd instant dans la populace vibrante, grouillante, s'agitant comme de pauvre imbéciles. Léger rictus tâché d'ironie, une certaine tristesse se lisant dans son regard et une pensée qui vient le frapper. On dirait du bétails. C'est vrai, si cette ville appartenait aux buveurs de sang, aux fléaux de minuit, alors ils n'était que du bétails attendant leur tour pour l'abattoir. Il plaint, il envie ces créatures innocentes. L'espace d'un instant, tandis que le monstre en lui se tait, épuiser par cette lutte insensé. Il le savait, il prendrait ce qui lui était dut le lendemain. La bête en était consciente, il ne tiendrait plus longtemps, une humanité presque balayer. Plus aucune force en lui, esprit embrumé par cette nature qui le hante, le menace de prendre possession de lui à chaque instant. Céder serait trop facile, céder sans un mot était inacceptable. Au fin fond de lui, il se sentait réellement vivre, chaque victoire sur lui-même faisait naître en lui cet étincelle absente lors de sa vie de mortel. Chaque défis impossible le faisait rêver. Voulait il réellement se débarrasser de cette nature ? Souhaitait il réellement perdre cette unique braise de vie ? Des questions qui restent sans réponse, des réponses qu'il refuse de donner. Un aveu qu'il ne fera jamais, une vérité qui devait rester enfuit au plus profond de son être, à la gauche du fléau qui lacère son humanité. Non, abandonner l'immortalité, si cela était possible, gagner ce combat était inadmissible. Jamais, au grand jamais, l'étendard de la victoire ne devait être lever.

Les pensées s'agitent. Il fini par s'écrouler sur son divan en se servant un verre. Il n'avait pas le cœur de sortir de ce doux refuge. Il craignait surtout de ne pas contrôler sa faim s'il quittait l'appartement. Il craignait que briser la distance qui le sépare du monde le plonge dans ce précipices sinistres. Alors il se contente d'observer de loin ce monde qui n'est pas sien, il se suffit à cela. C'est a cet instant qu'on vient frapper à sa porte. Ce claquement dans le couloir, cette odeur qui parvient jusqu'à ses narines, il ne le connaît que trop bien, faible rictus, murmure à peine audible. « Décidément... Toujours là au bon moment. » Puis il se tourne vers la porte, d'une voix claire, plus forte, sans vérifier l'identité de la personne qui frappe devant chez lui. « Entre, c'est ouvert. » puis à nouveau à peine audible, réflexion complètement personnel. « J'aurais put sortir... Tuer... Sans problème. Mh, non, c'est trop facile. » Pas un mot de plus, la vieille porte de bois grince, tremble. Elle tient à peine. Même verrouiller, s'il l'avait vraiment voulu, il aurait put sortir Aucune sécurité pour l'empêcher de céder à la tentation, aucun lien, aucune chaîne, rien quand la faim le ronge, rien à part lui-même.


Dernière édition par Aleksei Glazkov le Dim 13 Aoû - 19:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PSEUDO : shiny
MESSAGES : 29
AVATAR : amber heard
CREDITS : astra (avatar)
AGE : vingt-cinq ans
AMOUREUSEMENT : seule, cependant son corps ne l'est que rarement, amatrice de contact sensuel qui lui font passer le temps plus vite.
RACE : banshee
POINTS : 36
avatar

MessageSujet: Re: [-18, hot] white desire (beau)   Sam 12 Aoû - 12:43

Ses pas résonnent dans la nuit noire. Petite luciole émettant une faible lueur. La jeune créature se mouvait avec grâce, tandis qu’elle dévorait le bitume avec une cadence confiante. Elle est pourtant aux aguets, comme si un danger immédiat la guettait.  Elle était prudente car elle savait qu’elle voir une personne d’une grande réputation, sa curiosité mise à rude épreuve, tandis que tout son corps li était calme. Des voix auraient pu l’avertir, comme cette petite voix qui résonnait, celle qui disait que ce n’était pas une bonne idée, mais au diable. D’ailleurs elle allait le côtoyer, mais il n’était pas comme les autres, elle avait pu l’apercevoir. Elle arrive devant une porte d’appartement, s’arrêtant net. Il savait qu’elle était déjà là il avait pu humer son délicat parfum enivrant, comme un parfum entêtant. La jolie nymphe frissonna légèrement en entendant sa voix. Elle ouvrit la porte et rentra dans la pièce. La jolie brune enleva la perruque sombre qui avait orné ses cheveux pour se déguiser. Parce qu’elle sait qu’être avec lui, en sa présence était interdit. Mais lui se fichait de sa condition et elle aussi, bien qu’elle pouvait ressentir son pouvoir sur elle. Elle bougea ses épaules afin de faire tomber sa veste qui dévoila sa peau d’albâtre parfaite. Ses iris bleus vinrent se poser sur son visage. « Je n’ai même plus besoin de m’annoncer, en voilà une bonne chose. » dit-elle un sourire taquin sur son minois. Puis elle s’avance vers lui, le saluant d’un geste de la tête, faisant bouger sa chevelure blonde. La jolie nymphe vint se poster devant la fenêtre lui tournant le dos un instant avant de se retourner et de se poser contre le rebord. Elle observa son hôte, ses yeux étaient d’un couleur troublante, elle en était consciente et dégageait un charme irréel, aucun être humain ne pourrait y résister. La banshee y fait abstraction, même si ses iris sont attirés par sa silhouette comme un papillon de nuit aveuglé par la lumière du lampadaire. Passant une main dans ses cheveux, la jeune femme se mordilla lèvre inférieure en voyant le verre poser sur la table basse. Le désignant d’un mouvement de la tête, elle sourit au jeune homme. « Tu pourrais m’en servir un aussi ? » Beau se massa délicatement les cervicales, elle avait passée la soirée à pianoter des mélodies pour s'isoler de ce monde brutal, un instant bref et éphémère mais qu'elle affectionnait tant.

_________________

she is lethal, be careful
with her touch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PSEUDO : narcotique
MESSAGES : 14
AVATAR : finn jones
CREDITS : BALACLAVA (ava)
AGE : le millénaire surpassé et pourtant à peine trente années marqué sur son visage
POINTS : 12
avatar

MessageSujet: Re: [-18, hot] white desire (beau)   Sam 12 Aoû - 23:02

Délicat sourire éclairant la pièce plongé dans la douceur de la nuit. Léger éclat pâle, mêlant délicatement un étrange cocktail de sensation, délicat frisson du bien être combiné à la douce brise de la tristesse, subtil mélange qui régit cette relation avec cette jeune femme. Natures qui s'opposent, se déchirent par les conflits passés. Sinistre mascarade qui a fait couler bien trop de sang dans cette cité. Il n'en connaît que les récits, tout comme elle, et pourtant, ils devraient se haïr, se mépriser, ils ne devraient pas se connaître. Lui, l'immortel, elle, la porteuse de mort. Pourtant, ses oreilles connaissent parfaitement le bruit de sa démarche, l'intervalle entre chaque claquement de pas, leur intensité, délicate, comme la démarche d'une féline. Et ce parfum, cette délicate saveur presque fruité qu'il reconnaîtrait entre mille, ce parfum du sud, de la méditerrané qu'on ne retrouve plus ici, même à la Nouvelle-Orléans. L'Italie, il ne se laissera jamais trompé. Il répondu d'un doux regard au salut de la jeune femme, l'invite à s'installer au même instant, du même regard. Les mots sont superflu à cet instant, il reste quelques instants silencieux, comme souvent. Il détaille les délicate courbe de son amie, comme a chacune de ses visites, comme si le désir bouillonnait en lui lorsqu'il l'a voit. Comme s'il ressentait plus, mais étais-ce réellement le cas ? Ou un simple fantasme brouillon. Il ne pouvait donner de réponse à cette question, alors il se lève, lentement, presque comme n'importe quel humain.

Il se tourne, toujours sans rien dire, vers le service à boisson. Il saisi la bouteille, un alcool hors de prix, un whisky aux multiples années. L'immortel serait bien incapable de dire combien sans se plonger dans la lecture de l'étiquette du produit, comme il est incapable de réellement le déguster, de ressentir chaque saveur délicate de ce met si particulier. Il lui semble si fade, comme bien des choses. Il attrape de sa main libre quelques glaçons et un verre entre deux doigts. Laisse glisser les blocs de glace le long de sa paume jusque dans le verre avant de verser l'alcool. Un demi verre, c'était largement suffisant. Il se tourne vers la jeune femme, s'approche d'elle pour lui tendre le le récipient remplit. Toujours ce même, faible, sourire au coin des lèvres, comme si la mélancolie était son éternelle amante, comme s'il n'avait de cesse d'avoir des regrets. Comme si le passé le paralysait sur place. Il ouvre finalement la bouche. « Alors, ta journée ? Toujours à pianoter sur ton instrument je suppose. Jazz, comme d'habitude ? Le pauvre, tu devrais l'entretenir avec un peu de classique, du Bach ou même Rachmaninoff, même si je sais qu'il est bien moins facile a aborder. Très technique. » Il en parlait comme s'il en avait fait toute sa vie, comme s'il avait connu le compositeur. Alors qu'il n'a effleurer les notes qu'une décennie, alors qu'il n'était guère très bon a cette époque, encore trop jeune arracheur de vie, incapable de réellement contrôler ses pulsions. Son jeu était à son image, violent, sans finesse, incontrôlable.

Finalement, il fait un pas de côté, son regard se perd un instant dans la masse grouillante à l'extérieur. Les échos lointain de l'agitation nocturne parviennent jusqu'à ses oreilles. Il soupire délicatement. « Ils sont bien insouciant... Cela me manque énormément. » Le pensée s'égarent, cette faim qui lui tiraille les tripes lui fait vivre un vrai calvaire. Pourtant, il se tient toujours droit, il ne laisse rien transparaître, ni la douleur, ni la faim, ses crocs ne se déploient pas, il garde ce contrôle, ce calme extraordinaire. Le calme avant la tempête, avant l'ouragan, avant le bain de sang. Sa voix se veut douce, presque rassurante, il ne veut pas l'inquiété, pourtant, ses paroles ont dépassé sa pensée. « Oh, excuse-moi, oublie ça, je suis un peu lugubre en ce moment, ça vas passer, t'inquiète pas. On a tous nos petits instants d’égarement, non ? » Il sourit, il se veut rassurant, mais celui-ci est trop faux, trop forcé pour être crédible, il se trahit lui-même. Il espère qu'elle n'a rien remarquer... Non, il sait qu'elle l'a vu. Il se maudit, il ne supporte pas cette image de lui, dévoiler ses faiblesses, celles de l'homme, c'est insupportable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PSEUDO : shiny
MESSAGES : 29
AVATAR : amber heard
CREDITS : astra (avatar)
AGE : vingt-cinq ans
AMOUREUSEMENT : seule, cependant son corps ne l'est que rarement, amatrice de contact sensuel qui lui font passer le temps plus vite.
RACE : banshee
POINTS : 36
avatar

MessageSujet: Re: [-18, hot] white desire (beau)   Dim 13 Aoû - 10:58

Beau regardait le jeune homme lui apporter sa fameuse boisson salvatrice et le remercia avec un demi-sourire. Pour un vampire il était plus torturé que ses autres congénères, et cela faisait peut-être de lui un être instable. La jolie blonde l’écouta parler avant de lever les yeux aux ciels. Les douces mélodies de jazz s’engouffraient fréquemment dans ses doigts, qu’elle aimait beaucoup jouer, il y avait quelque chose dans cette musique qu’il n’y avait pas d’autres mélodies d’époque. « Tu commences à me connaître, le piano est devenu mon fidèle compagnon. » Elle but une gorgée de whisky, aimant la sensation de brûlure qu’elle ressentait. Elle inondait sa gorge, et son corps entier, prise d’une chaleur fulgurante. Ses paupières se fermèrent un instant voulant profiter de cet instant, prendre possession de ce brasier. « Du classique ? Déjà fait, le jazz appartient à la nouvelle-Orléans Aleksei, et il y a quelque chose dans cette musique qui touche tout le monde, c’est spontané, ça vie. » Il se rapproche d’elle, étant à quelques millimètres d’elle, à ses côtés. Son regard bleu vint le scruter à la recherche d’une quelconque émotion. Elle y aperçu une étrange sensation de déjà-vu. Il lui parle de l’insouciance qu’elle aussi avait connu avant que son don ne se déclenche et que la mort la guette, ayant pris son temps pour posséder son corps, revêtir son visage doux et charmeur. Elle était coincée entre deux mondes, celui des vivants et des morts, comme si elle était un portail. Pourtant elle avait l’impression de n’avoir jamais ressenti cela, l’insouciance, sans penser au lendemain et aux conséquences. Elle sait que son humanité lui manque, que cette soif de sang vorace était devenue sa condition de survie optimale. Il s’excuse par la suite, laissant ses opales dériver vers les siennes et les ancrer.  La jolie nymphe soutient son regard ne pouvant pas répondre par la négative. La créature se contenta de lui donner un sourire, qui se voulait rassurant, voulant lui procurer une sensation de bien-être pour effacer tout ça. Puis elle pose une main sur son bras, le serrant légèrement, pour lui faire ressentir. « Tu n’as pas à t’excuser Aleksei, tu as le droit de penser cela. Malheureusement vivre dans le passé ne te fera pas avancer. Il faut juste que tu t’évertues à garder ta petite part d’humanité comme si c’était ton jardin secret. Cela n’en fera pas autant un être faible, je pense que cela peut-être une force. » La jeune banshee lui sourit de nouveau, prenant conscience de la condition du jeune buveur de sang qui se tenait devant elle, instrument de mort, condamné à une vie éternelle, condamné à charmer toute âme vivante, à l’hypnotiser, à lui ravir son énergie vitale, son essence même. En y pensant, la jeune nymphe frissonna, enleva sa main de son bras. Elle en avait oublié la personne qui se tenait devant elle, un membre d’une famille originelle.  Se pinçant la lèvre inférieure, la jeune pianiste s’éloigna de lui lentement, finissant son verre d’un trait. « Est-ce que tu t’es nourri ? » Elle ne prit pas la peine de se retourner sentant son regard sur elle, comme un laser. Parce qu’elle avait senti auparavant que ses muscles étaient tendus, comme si la soif le guettait. Cette question n'était pas taboue, au contraire, elle voulait savoir s'il se sentait bien par rapport à sa faim. Il pourrait la laisser seule, il pourrait simplement aller chasser si c'est ce dont il a besoin. Son corps vint se prélasser sur le divan, tandis que sa tête se tourna dans sa direction.

_________________

she is lethal, be careful
with her touch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PSEUDO : narcotique
MESSAGES : 14
AVATAR : finn jones
CREDITS : BALACLAVA (ava)
AGE : le millénaire surpassé et pourtant à peine trente années marqué sur son visage
POINTS : 12
avatar

MessageSujet: Re: [-18, hot] white desire (beau)   Dim 13 Aoû - 19:29

Délicate question qui tonne comme la foudre qui s'abat sur le sol. Interrogation qui le fait délicatement sourire. Rappel cruel de cette nature qu'il méprise par dessus tout, de ce qu'il est au fin fond de lui, un monstre, immortel, sinistre sangsue nocturne, seigneur de minuit. Après tout, comment pouvait elle oublier ce qu'il était au fond ? Comment aurait-elle put passer outre cette nature. Même si son cœur ne bat plus depuis une éternité, même s'il n'est qu'un mort damné, cet organe mort depuis un millénaire le fait terriblement souffrir à cet instant. Ses mots sont comme un poignard en plein cœur, une délicate lame qui met fin à ses tourment. Sa main se lève lentement, se pose sur sa propre poitrine, là où un cœur devrait battre et ses muscles se crispent, ses doigts perceraient presque cette chair affreuse qui lui sert de vulgaire carcasse. Il refuse de céder, il refuse de baisser les armes, ce combat est son unique raison de persister, évidemment, il ne demande pas qu'elle le comprenne. Qu'elle comprenne ces deux natures qui se livrent une lutte séculaire. Il ne demande pas une quelconque douceur, ni même tendresse de cette femme qu'il devrait haïr, pas apprécier comme aujourd'hui.

Soupire à peine audible, il ne lâche pas du regard l'incandescence de la nuit. Ses pensées pourraient une nouvelle fois s'égarer, il pourrait continuer de rêver à l'impossible, de maudire cette femme qui a fait d'eux ce qu'ils sont. Pourtant, la dernière question de la jeune femme résonne dans son crâne, le maintient à l'instant présent, à cette cruelle réalité. Léger gloussement emplit de nervosité, avant de finalement lui faire volte-face, toujours ce même sourire accroché aux lèvres, toujours ce même désir de l'apaiser. « Franchement, cette question. Je me sens comme un universitaire à qui on demande s'il a déjà coucher. » Détendre l'atmosphère, comparer la terrible réalité à l'innocence de l'humanité. Façon de détourner de signifier que c'est assez intime, que cela créer un certain malaise. Pourtant, il daigne finalement à y répondre, ses yeux clairs s'éteignent alors, l'espace d'un bref instant. « Ne t'inquiète pas. Je peux tenir sans encore quelques jours. Je ne suis plus un gosse au fond, j'ai appris à me contrôler. » Immense mensonge manier d'une main de maître. Oublier tout ces massacres qu'il a commit par le passé et qu'il commet encore fréquemment. Effacer toute ces vies fauchés, comme s'ils n'avaient jamais exister, balayer chacun de ces visages déformés par la terreur. D'un simple mensonge, il efface leur existence. Manœuvre cruelle pour adoucir sa damnation.

Et puis emporter dans un élan fugace, d'une traite, il vide ce verre trop plein. Il l'a rejoint dans le canapé confortable, enfilant ce masque si familier, compagnon d'éternité. Il efface en un instant, toute la tristesse qui se dessine sur son visage. Il joue le rôle de l'homme lambda, l'homme qui s'est forgé aux travers de nombreuses épreuves, celui qui éclaire une vie par un simple sourire. Celui qui a apprit à profiter de ces petits instants de bonheur qu'accorde une existence bien courte, bien cruel. Tandis que la bête en lui sommeil, il n'est plus qu'humain, oubliant presque cette immortalité qui le condamne à observer le vaste de monde de loin, cette éternité qui rend tout attachement impossible. Il revient sur son précédent sujet, la musique. « Le jazz, je dois admettre que ça a sa petite sensualité plus que plaisante. Une chaleur bien typique, contagieuse même. Mais ce n'est pas le seul mouvement musical dans cet esprit, ce n'est pas le seul domaine qui agit ainsi. » Clin d'oeil complice tandis qu'il attrape le verre de la jeune femme et en temps que délicat gentleman, lui resserre un verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PSEUDO : shiny
MESSAGES : 29
AVATAR : amber heard
CREDITS : astra (avatar)
AGE : vingt-cinq ans
AMOUREUSEMENT : seule, cependant son corps ne l'est que rarement, amatrice de contact sensuel qui lui font passer le temps plus vite.
RACE : banshee
POINTS : 36
avatar

MessageSujet: Re: [-18, hot] white desire (beau)   Dim 13 Aoû - 23:51

Ses opales divines se fixèrent sur son visage en ayant pour seul point d’ancrage ses pupilles transparentes.  Pour elle, c’était une question comme une autre, bien que son esprit lui hurle de s’en fuir, qu’il est avide de son sang. Elle l’observe attentivement poser une main sur sa poitrine comme confronté à un dilemme, comme si une épée de Damoclès était sur sa tête. La jolie banshee n’avait pas peur u vampire, non. Elle hoche négativement la tête. « Tu n’as pas compris ce que je voulais dire Aleksei, je voulais juste savoir. Tu sais, tu n’as pas à me le cacher, regarde, moi je peux sentir quand quelqu’un meurt à côté de moi, j’ai l’impression de mourir à chaque fois moi aussi. » La jeune femme haussa les épaules. Il n’avait pas à cacher sa véritable nature, alors qu’elle-même était en partie humaine, elle n’appartenait pas non plus à ce monde. Elle acquiesce lorsqu’il lui demande de ne pas s’inquiéter. Elle savait bien qu’il était âgé et d’une grande concentration, mais le sang appelle le sang. Elle ne pourrait jamais ressentir cela, non. D’un côté elle n’aimerait pas, car si pour survivre il ne lui fallait que du sang, la jeune femme opterait pour des animaux, même si ce n’est que pour la survie. De plus être attaché à un soif que l’on ne peut satisfaire réellement, ne l’enchantait guère.  Des jours ? Un vampire ne devait-il pas se nourrir souvent ? Elle n’allait pas le contredire, ne voulant pas le mettre en colère. « Pardonnes-moi, je n’aurais pas dû te poser cette question. » dit-elle en baissant la tête, le regard fixé sur ses genoux. Le temps qu’elle cligne des yeux, le jeune homme était déjà près d’elle. Elle se sentait coupable, coupable de lui rappeler sa condition, alors qu'il se comporte si bien avec elle. Beau l’écoute attentivement, sentant son haleine s’imprégner de son visage dans un voile frais. L’ombre d’un instant, elle fut frappée par sa beauté immortelle, par le fait qu’il est vécu tant de vies et que sa peau ne soit pas marquée, figée dans le temps. Puis elle stoppe sa contemplation lorsque sa voix la transperce de nouveau. « A quel domaine fais-tu allusion ? » dit-elle en penchant délicatement sa tête sur le côté, faisant dégringoler sa chevelure d’or sur son épaule dénudée. Elle veut en savoir plus la jolie poupée, avide de curiosité, se laissant charmer par ses paroles, lorsque l’on parle de musique toute son attention pouvait vous être dévouée. Elle prit le verre que le vampire lui tandis et elle lui sourit lorsqu’il lui fait son petit clin d’œil. Elle se pressa de tremper ses lippes dans le liquide ambré pour pouvoir ressentir cette chaleur. Elle ne se lasserait jamais d'un bon whisky, elle trouvait ça regrettable que l'homme de la nuit ne pouvait plus ressentir cette sensation, un palais devenu neutre mais aiguisé en matière de liquide vermeil. La jolie blonde allongea son bras sur la haut du divan, avant de venir poser sa tête sur sa paume de main. Elle était toute ouïe.

_________________

she is lethal, be careful
with her touch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PSEUDO : narcotique
MESSAGES : 14
AVATAR : finn jones
CREDITS : BALACLAVA (ava)
AGE : le millénaire surpassé et pourtant à peine trente années marqué sur son visage
POINTS : 12
avatar

MessageSujet: Re: [-18, hot] white desire (beau)   Lun 14 Aoû - 1:07

Curiosité attisé, comme il le souhaitait. Rictus délicat qui se dessine sur ses lèvres, différent de l'instant précédent, malice et miel qui se lit dans ses yeux. L'art des mots, il le maîtrisait à la perfection, il savait exactement comment effleurer la curiosité de la jeune femme, il connaissait cette légère faiblesse, cette faille qui existait chez elle, comme chez n'importe qui d'autre sur terre. La musique, une passion dévorante pour la banshee, art délicat où elle était passé maîtresse, du classique au jazz, de nombreuses années de pratique sur ce qu'il savait. Ses paroles balayèrent toute les autres, en un instant, il en avait la certitude désormais. Toute son attention était dirigé sur l'instant présent, sur lui. Sans même la regarder, il sentait son regard pesé sur lui. Il savait qu'à cet instant, leurs natures respectives n'existaient plus. Ils n'étaient plus qu'homme et femme. Cette frontière dérisoire entre les espèces, ce mur infranchissable s'affaissa en une seconde, il n'y avait plus rien pour les différencier. C'était la seule chose qu'il cherchait avec elle, ce seul instant suffisait à effacer tout le reste, une nouvelle fois, un bien cruelle réalité balayer sous ce doux voile mensonger. Le rêve qui prend le dessus sur le cauchemar, le désir brûlant ses mains usés animant chacune de ses paroles.

Il ne voulait pas réellement l'a mené à la faute. A l'interdit, mais une partie de lui désirait malgré tout goûté a ce miel délicat, la désirait autant que le fruit défendu. Charme étrange de celle qui accompagne la mort. Son sourire s'éteint brièvement, une main attrape vivement une petite commande, quelques mots, délicat, se glissent hors de ses lèvres. « Laisse moi te montrer. » Doucement, la musique se lance. Une mélodie calme, paisible, mais dégageant une certaines sensualité, le son du violon et violoncelle s'entremêlent dans une harmonie parfaite. En un bond, il quitte le divin, il attrape la main de sa partenaire, sans doute surprise. Il l'emporte dans quelques mouvements délicats, les doigts qui s'entrelacent avec une tendresse certaine émanant de l'immortel. « La danse, par exemple. » C'est alors que le piano, le saxophone se mêlent avec énergie au morceau, lui offrant un rythme digne du jazz qu'on écoute ici. Et puis une guitare aux rythme espagnol, faisant exploser la sensualité du morceau. Mystérieux mélange de jazz et tango, composition bien particulière, singulière à ce groupe auquel il a appartenu par le passé. Vague souvenir d'une douce époque, à travers les contrées de l'Andalousie, bref voyage à son retour d'Afrique, la tête pleine de rêve, l'espace d'un instant, le cœur débordant de nombreuses rencontre, une culture bien plus chaleureuse que sa patrie Même si bien loin de pouvoir profiter du soleil ardent, la fraîcheur de la nuit, accompagné par la chaleur de ces habitants avaient offert un certains réconfort à cet éternel vagabond.

Audacieuse, ses mains se libèrent de celle de la belle blonde. Avec délicatesse, elles glissent le long de ses bras, puis de son épaule avant de descendre lentement jusqu'à ses hanches, au rythme d'une mélodie qui s'apaise avec tendresse, désormais guider par un unique violon et les notes du piano qui résonne au long. Les quelques vibration d'une corde pincée de violoncelle prolonge chaque note et la guitare disparaît peu à peu. Il brise alors la distance qui les sépare. Leur corps plus proche que jamais, il ressent presque la chaleur de la banshee, il entendrait presque le cœur de la jeune femme qui bat encore. Il l'envierait presque pour tout ce qu'elle possède, ce qu'il a perdu il y a bien trop longtemps. Délicat murmure qu'il glisse au creux de l'oreille de sa partenaire. « N'est-ce-pas aussi agréable de danser ? De se laisser aussi porter par le rythme de la musique, sans pour autant à concevoir de nos doigts. Les arts en général, qu'importe leur forme dégage ce genre de ''sensualité'', mais la danse... A mes yeux est un des arts les plus beaux, vu qu'il rapproche deux corps, il offre cette intimité que nous cherchons tous avec tant d'avidité. » Ce besoin de se rapprocher, de se comprendre, de sentir le corps d'autrui auprès du notre. De sentir, plus proche que jamais, la présence d'une personne à no côtés, se délecter de son délicat parfum, de peur que l'instant d'après, il nous échappe. Car tout est éphémère ici bas... Ou du moins, presque tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PSEUDO : shiny
MESSAGES : 29
AVATAR : amber heard
CREDITS : astra (avatar)
AGE : vingt-cinq ans
AMOUREUSEMENT : seule, cependant son corps ne l'est que rarement, amatrice de contact sensuel qui lui font passer le temps plus vite.
RACE : banshee
POINTS : 36
avatar

MessageSujet: Re: [-18, hot] white desire (beau)   Mer 16 Aoû - 11:28

Elle sourit à ses mots, l’observant ce mouvoir. Des notes de musiques sortirent des enceintes non loin d’eux. Elle ferma les yeux un quart de seconde avant de les rouvrir et de voir que le jeune homme lui prendre la main et la lever rapidement pour se retrouver au milieu de la pièce. Un petit rire sortit des lippes de la nymphe, amusé par le comportement du vampire. La danse, était un art à lui seul, capable aussi d’émouvoir les foules et de faire ressentir la beauté à l’état pur du corps humain. Elle écoute les sons délicats de la musique, comme emportée par une certaine ivresse. A ce moment, son épiderme est parcouru de frisson, caressée du bout des doigts, comme un aventurier partant à la découverte d’un el dorado. Il finit sa course sur ses hanches qu’il saisit, et d’un pas il dévore son espace vital. La jolie blonde retint son souffle un instant, elle n’a jamais été aussi proche. Son regard était ancré au sien, elle pouvait voir les différentes teintes du bleu de ses yeux qui la fixait avec ferveur. Elle se mordilla la lèvre inférieure, parce qu’elle sait que tout cela tient à un seul fil, que l’interdit guette les portes de son jardin. Elle ne sait plus si la chaleur de son corps émane de l’essence du whisky ou si c’est Aleksei. Son oreille est touchée par un bout de ses lèvres, elle sourit légèrement. Elle écoute sa voix de velours se déverser. « Oui c’est agréable, si l’on trouve le bon partenaire.. » Une pointe de malice traversa ses yeux en amandes. La jeune femme s’éloigna lentement du jeune homme, laissant son bras tendu. Elle l’utilisa pour tourner sur elle-même, laissant ses cheveux blonds balayer l’air et de s’arrêter de nouveau face à lui, aussi proche qu’auparavant. « Plus de paroles, mais des gestes, je suis d’accord, la danse fait naitre en nous des sentiments, dégage une sensualité sans pareil » La jeune femme agrippa le cou du vampire avec ses bras, laissant ses doigts filer sur sa nuque. La jolie banshee profitait de ce moment qu’elle partageait avec lui, elle pensait qu’elle pouvait s’estimer heureuse de passer une soirée aussi remplie d’humanité avec un vampire qui avait déjà foulé la terre bien avant elle. Comment ne pas se délecter de ses deux billes rondes qui la fixent avec une pointe de curiosité mêlée à un autre sentiment. Ils devraient arrêter ce qu’il commençait, tout cela n’était pas bon, ils allaient flirter avec le diable, mais après tout ce n’était qu’une danse, non ? « C'est tout ce que tu as à me montrer caro mio ? » Une dernière note de sa langue maternelle claqua son précieux palais. Elle savait qu'il allait comprendre ses deux derniers mots, il comprenait cette langue latine et chantante. Ce n'était pas réellement un défi, mais ses opales le regardait avec une pointe d'amusement. Il pourrait la faire danser toute la nuit s'il voulait, cela n'était pas désagréable. Sa peau contre la sienne en revanche était bien plus agréable qu'elle imaginait, comme si son épiderme était électrisé à son toucher, que son corps était chamboulé. La jeune créature mit ses émotions profondes sur le compte de cet enchantement qu'on les vampire lorsqu'ils sont avec les humains et décida de ne plus y penser.

_________________

she is lethal, be careful
with her touch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [-18, hot] white desire (beau)   

Revenir en haut Aller en bas
 

~ ☽ ~
[-18, hot] white desire (beau)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+
» WHITE KNIGHT CHRONICLES 2
» les plus beau niveau que vous ayez vue
» White Dwarf
» White Dwarf
» [zaraf] dessin (pas beau)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
children of the night :: 
new orleans
 :: French Quarter
-